l'âne, la mascotte de la ville

 

J'aime l'âne si doux ...

"Une ville sans humeur serait une ville sans coeur. Diekirch unit l'humeur et l'esprit. La municipalité a érigé une "Fontaine des Anes". L'âne est la mascotte de la ville; la cavalcade annuelle est placée sous le signe de l'âne. Ce qui, à une certaine époque, fut considéré comme une sorte d'injure, est aujourd'hui presque un titre de gloire. Pourquoi? Une des qualités principales des habitants, c'est de ne pas se prendre trop au sérieux; aimant se rire des autres, ils acceptent et provoquent même les moqueries des autres à leur adresse. (...)

Diekirch: "Cité des Anes". Deux versions courent là-dessus. Le tracé de la ligne du chemin de fer Luxembourg-Troisvierges avait prévu comme centre ferroviaire Diekirch. Les bourgeois d'alors, écologues et verts avant la date, s'y seraient opposés, parce que la fumée des locomotives et le vacarme des trains auraient pollué l'air et dérangé leur quiétude ... . A Luxembourg les instances officielles auraient dit: "Ces ânes de Diekirch ne comprennent pas les signes du temps!" Si cette version entre plutôt dans le domaine des anecdotes, l'autre me semble plus plausible: jadis les paysans diekirchois, pour labourer, cultiver, ensemencer leurs champs et leurs vignobles situés aux pentes du Herrenberg, étaient forcés de faire appel à l'âne, seul animal capable de s'y mouvoir, d'y travailler, d'y servir ... . Les ânes du Herrenberg sont disparus, mais l'âne diekirchois, Dieu merci, continue de braire sympathiquement ... ."

 

dans DIEKIRCH conté par Ben Molitor

 

 

 

 

4

 

 

Imprimer Imprimer | Envoyer Envoyer